Rechercher

Déjà vus

Lettre d'informations

Nouveaux produits

  • COLUCHE (1944-1986)
    COLUCHE (1944-1986)

    Revendiquant sa grossièreté, il donne, par sa liberté d'expression, un...

    249,00 €
  • VON STROHEIM Erich (1885-1957)
    VON STROHEIM Erich (1885-1957)

    Folies de femmes, Les Rapaces, La Veuve joyeuse, Symphonie nuptiale,...

    200,00 €
  • HUGO Victor (1802-1885)
    HUGO Victor (1802-1885)

    Notre-Dame de Paris (1831), Les Misérables (1862), Les Travailleurs de...

    500,00 €
  • BIRKIN Jane
    BIRKIN Jane

    Blow up, La belle noiseuse, Meurtre au soleil, Mort sur le Nil, Don Juan...

    35,00 €
  • YANNE Jean (1933-2003)
    YANNE Jean (1933-2003)

    Que la bête meure, Le Boucher, Tout le monde il est beau tout le monde...

    65,00 €

CLEMENCEAU Georges (1841-1929)

Nouveau produit

Surnommé « le Tigre » ou « Père la Victoire », il fut l'un des hommes d'Etat les plus populaires de l'histoire de France.

Plus de détails

1 Article

100,00 €

En savoir plus

Emouvant autographe signé en 1927 par Clémenceau (soit deux ans avant sa mort) pour la collection Albert Brust.

Brust a écrit au verso la date de l'obtention de l'autographe et l'âge de Clémenceau à ce moment là.

Une photo d'illustration est offerte avec l'autographe.

Alfred Brust (1891- 1934) était un écrivain et dramaturge expressionniste allemand qui avait la passion d'écrire aux célébrités de son époque pour obtenir une réponse qu'il conservait dans une très jolie collection d'autographes. Il avait donc fait imprimer des cartes vierges, 10 x 15 cm, dont l'en-tête était AUTOGRAPHE et dont le pied indiquait avec espoir COLLECTION ALFRED BRUST. De sa plus belle écriture, à l'encre rouge, Alfred Brust écrivait le nom de la personne qui lui avait répondu. Ces cartes avait l'élégance d'avoir les tranchants dorés

Homme d'État, radical-socialiste, président du Conseil, député, Clémenceau fut défenseur de l'amnistie pour les Communards, et anticlérical, prôna la séparation des Églises et de l'État et s'opposa à la colonisation. Élu sénateur dans le département du Var puis nommé ministre de l'Intérieur. Se désignant lui-même comme le « premier flic de France », surnommé « le Tigre », il réprime les grèves et met fin à la querelle des inventaires. Qualifié de « Père la Victoire » en raison de son action pendant la guerre, très populaire dans l'opinion publique, il renonce néanmoins à se présenter à l'élection présidentielle de janvier 1920 après avoir été mis en minorité lors du vote préparatoire du groupe républicain. Il quitte alors la tête du gouvernement et se retire de la vie politique.

6 autres produits dans la même catégorie :