Rechercher

Déjà vus

Lettre d'informations

Nouveaux produits

  • DALAI LAMA (Tenzin Gyatso)
    DALAI LAMA (Tenzin Gyatso)

    Chef temporel et spirituel du Tibet depuis le 17 novembre 1950, il est...

    220,00 €
  • MOORE Roger (1927-2017)
    MOORE Roger (1927-2017)

    Ivanhoé, Le Saint, Brett Sinclair ou James Bond sont autant de...

    100,00 €
  • FORD Harrison
    FORD Harrison

    American Graffiti, Star Wars, Indiana Jones, Blade Runner, Witness, Jeux...

    359,00 €
  • COPPOLA Francis Ford
    COPPOLA Francis Ford

    Le Parrain, Conversation secrète, Apocalypse Now, Outsiders, Dracula, etc

    69,00 €
  • COLUCHE (1944-1986)
    COLUCHE (1944-1986)

    Revendiquant sa grossièreté, il donne, par sa liberté d'expression, un...

    255,00 €

AZAIS Paul (1903-1974)

Nouveau produit

LE BRAVE TYPE AUX 135 FILMS !

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

55,00 €

En savoir plus

 Très belle photo 18x24 cm dédicacée à Louis Née en 1943, sur le tournage d'Adrien. Peu de temps après, l'acteur sera victime d'une fracture du crâne.

Louis Née, le dédicataire, est un grand directeur de la photo et caméraman du cinéma des années 30 à 50.

 

Paul Azaïs commence sa carrière comme figurant au Châtelet, avant d’obtenir des petits rôles dans des opérettes et dans des spectacles de music-hall.

À l’arrivée du cinéma parlant, c’est grâce à son expérience sur les planches qu’il est engagé pour tenir un petit rôle dans le premier film parlant français, Les Trois Masques. 

Dès lors, il est adopté par le cinéma qui l’utilise dans plus de 135 films dans l’emploi auquel son physique et sa gouaille semblent le destiner : celui du brave type toujours prêt à consoler, à faire rire, à donner un coup de main.

Il n’a rien d’un séducteur mais il peut être un parfait chevalier servant, d’Annabella (Anne-Marie) ou d´Edwige Feuillère (Sans lendemain).

Pendant les premières années de l’occupation, fort de sa popularité, il participera à quelques-uns des succès comiques de l’époque, aux côtés de Rellys (Narcisse) et de Fernandel (Ne le criez pas sur les toits, Adrien). 

Malheureusement, en 1943, suite à un accident de vélo qui lui vaut une fracture du crâne, il souffre de graves troubles de mémoire. Néanmoins, il finit par reprendre le chemin des studios. Mais ses prestations ne se limiteront plus qu’à des silhouettes. 

Conscient de la précarité de ce métier auquel il a consacré toute sa vie, il fonde en mai 1957 La Roue Tourne, une œuvre d’entraide pour les comédiens nécessiteux, Il s’y investit sans compter jusqu’à la fin de ses jours, le 17 novembre 1974.